La corydale

Corydalis solida. La corydale à bulbe plein. La fleur est facilement reconnaissable grâce à l'éperon qui prolonge le pétale supérieur de la corolle.

Compte-tenu de la longueur de l'éperon, le nectar serait difficile à recueillir par l'abeille mellifère si elle n'avait pas la possibilité de passer la langue par les trous pratiqués dans cet éperon par d'autres insectes. La même pratique de butinage est utilisée par l'abeille sur d'autres fleurs à éperon, comme par exemple la linaire.

 Ci-dessous, vue d'ensemble de la corydale, fleurs et feuilles, sur une pelouse bisontine, le 13 mars.

Elle est aussi présente à l'état sauvage dans les les haies et les hêtraies de Franche-Comté: ci-dessous gros plan d'une corydale dans un sous-bois à Ecole-Valentin (Doubs) le 21 mars: