Stellaria holostea. Ou mouron des oiseaux. Cette fleur à cinq pétales bifides est aisément reconnaissable. Elle orne les talus et les bords de chemins ensoleillés. La stellaire est peu prisée par l'abeille mellifère qui préfère les floraisons simultanées des fruitiers, du pissenlit et du lierre terrestre. Il m'a été difficile de trouver une abeille mellifère sur le massif de fleurs. Ci-dessous, la fleur est occupée par une petite abeille sauvage:

Toutefois, après deux heures d'observation, une abeille mellifère sympa et peu farouche a accepté de me faire une démonstration en me montrant son intérêt pour cette fleur. Elle récolte le nectar en passant la langue entre les pétales:

Comme on le voit sur l'image précédente, l'abeille, pour récolter le nectar, est obligée d'appuyer la tête sur les pistils et couvre son front de pollen. Ce pollen voyage ainsi de fleur en fleur. On remarque aussi ce phénomène aussi sur la bugle, l'ail des ours et bien d'autres...

Vues de la fleur sur le talus:

Un talus étoilé à Ecole-Valentin (Doubs)

 

 

 

Que butiner cet hiver ?

Que butiner ce printemps ?

Que butiner cet été ?

Que butiner cet automne ?